La philosophie, considérée incompréhensible par certain, est la mère de toutes les disciplines. Elle développe les capacités du raisonnement et améliore les compétences de l’esprit scientifique et analytique. La philosophie  est totalement indépendante de la politique, des dogmes et des croyances. Son objectif est de raisonner pour tout pouvoir, ce qui est considéré comme acte de résistance et de désobéissance totale.

NOUS SOMMES GUIDÉS PAR LES IDIOLOGIES ET LES CROYANCES DES AUTRES

Je me rappelle que mon premier cours de philo portait sur les préjugés et l’héritage culturel. Le prof nous demandait de répondre à la question suivante : à la naissance, pourquoi les bébés filles portent des vêtements roses alors que les garçons portent des barboteuses ciel ? Le trousseau sexué a surgit en 1920 pour devenir une coutume sacrée et une règle respectée par tout le monde.  Pourtant, il n’existe aucune raison logique pouvant justifer notre attachement à cette habitude.

À la naissance notre esprit est semblable à une page vierge.  Nous recevons progressivement un héritage culturel que nous veillons à  transmettre à nos enfants. Notre intellect fonctionne comme un programme déjà crée. Il réagit selon des codes déterminés et bien définis. Nous retenons ce que les autres veulent qu’on retienne. Notre cerveau est formaté selon le bon vouloir des autres majoritaires et prédominants.

CEUX QUI RAISONNENT SONT SOUVENT REJETÉS

Les partisans de la raison évaluent les choses et posent des questions. Ils cherchent à comprendre et à découvrir sans être influencés ni par les pensées acquises ni par la peur de franchir les limites tracées par les autres. Ces révolutionnaires se trouvent en dehors de la caverne là où ils étaient incapables de percevoir la vérité. Cette allégorie de la caverne fût créée par Platon.  Il présentait des hommes regroupés à l’intérieur d’une grotte tournant le dos à l’entrée et ne voyant que leurs propres ombres et celles projetées par des objets situés derrière eux.

 

Les personnes aveuglées par leurs idéologies se chargent que ce soit consciemment ou inconsciemment de contaminer les autres. Ils refusent de reconnaitre l’absurdité de leur raisonnement. Ils trouvent confort et satisfaction dans leur ignorance. Ils ont aussi peur de ne pas suivre le troupeau. Voilà pourquoi, dans chaque société, les gens pensifs, voyant à l’extérieur de la caverne sont solitaires et rejetés tandis que les conformistes sont protégés. Une vérité qui dérange, est inutile. Un changement est jugé bouleversant et perturbateur. Raison pour laquelle, Socrate faisait peur.

Le savant se rendait compte du pouvoir manipulateur de la cité grecque. Il enseignait la philosophie aux enfants pour qu’ils apprennent à réfléchir objectivement. Son initiative suscitait haine et rancune. La cité grecque, qui à cette époque-là tenait les reines du pouvoir grâce à la mythologie déiste décidait alors de l’exécuter.