Je me suis rendu compte de mon obésité depuis mon jeune âge. Étant donné que j’étais toujours bien entourée par mes parents j’ai toujours su affronter l’impact lourd de l’obésité sur mon image physique et sur mon moral aussi. Il m’arrivait parfois de me poser la fameuse question « pourquoi suis-je aussi différente des autres ? ». Parfois, un sentiment de désespoir me submergeait. Je me renfermais dans ma chambre et je pleurais. Mais ma tristesse était toujours passagère. J’essuyais mes larmes, j’ouvrais la porte et je souriais à la vie.

Si mon corps n’avait pas une image parfaite, mon âme quant à elle aimait la joie. Je sortais tout le temps avec mes amis et j’impressionnais par mon intelligence et par la vivacité de mon esprit. J’étais trop gênée par la forme disgracieuse de ma silhouette mais, je n’ai jamais développé un réel complexe, ce sentiment qui vous éloigne des gens, qui vous abandonne au chagrin, qui vous rend vulnérable et qui vous empêche finalement de voir le bon côté de la vie.

Mais, quand vous le savez, dans la vie de tout un chacun, il y a toujours un évènement qui, lorsqu’il se produit mène à se poser des questions et à vouloir changer. L’évènement qui m’a incité à vouloir me débarrasser définitivement de mes amas graisseux est l’amour. ! Oui, l’amour. Lorsqu’on tombe amoureux, on voit la vie à travers un nouvel angle. On devient heureux, optimiste et on fait tout pour ne pas perdre le trésor, pour que l’être aimé reste. Une femme lorsqu’elle est amoureuse cherche à séduire et à plaire. Et moi, je suis une femme…

La question de plaire à mon amoureux me préoccupait beaucoup. Je savais très bien que ce qu’il voyait en moi c’est bien la "beauté de mon âme" et non pas celle de mon image physique. Mais, ça ne me rassurait pas. Je voulais le satisfaire sur tous les plans. Je pensais fonder avec lui une nouvelle vie, je souhaitais avoir des enfants et l’idée que l’obésité associée à de nombreuses pathologies, puisse rendre mes souhaits irréalisables commençait à me hanter l’esprit. On peut dire que le changement s’imposait.

Ce qu’il fallait faire était d’abord la consultation d’un chirurgien bariatrique connue. La réputation du chirurgien comptait beaucoup pour moi. Il fallait confier la tâche à quelqu’un de confiance pour prévenir toutes les complications éventuelles. Mon amoureux n’appréciait pas l’idée. Constatant que rien au monde ne réussira à me décourager, il faisait semblant d’être convaincu pour m’aider à me préparer psychologiquement au jour J.

Ma Sleeve gastrectomie

L’entretien avec le chirurgien m’a permis de découvrir les solutions proposées par la chirurgie de l’obésité : la pose d’un anneau gastrique, la Sleeve et le Bypass. Pour mon cas, la sleeve présentait la solution la plus appropriée et la plus conforme à mes attentes. La consultation était pour moi un rendez-vous décisif car, elle me permettait de mieux cerner mes objectifs et d’apaiser mes craintes.

La sleeve qu’on appelle aussi la gastrectomie consiste à faire l’ablation d’une partie de l’estomac, les 2/3. Un nouvel estomac est alors créé. Après l’opération, le patient ne mange beaucoup moins. À part le côté restrictif de cette chirurgie de l’obésité, l’élimination d’une portion de l’estomac, réduit la quantité cellules gastriques produisant la ghréline qui est une hormone responsable de la stimulation de l’appétit. Après une sleeve on a bien moins faim.

Après ma chirurgie de l'obésité en Tunisie

Après mon opération, j’étais suivi par mon chirurgien et par un nutritionniste. Je mangeais équilibré et bien sûr je faisais de la marche quotidiennement. En un peu de temps, j’ai perdu 20 kilos. Ce résultat m’a encouragée encore plus. Finalement j’ai réussi à atteindre mon objectif. Le seul inconvénient qui se présentait était le relâchement de ma peau. Heureusement que la chirurgie esthétique existe et que l’affaissement des tissus cutanés peut être corrigé au moyen d’un body lift. J’ai fait cette opération aussi… Aujourd’hui, je me sens bien dans ma peau. Je suis en bonne santé et en plus, j’attends un bébé…